OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lausanne, parce que ça le Vaud bien.

La Suisse et moi, c’est une histoire estivale qui commence au siècle dernier, lorsque mon père nous emmenait camper de l’autre côté des Alpes, avec pour but principal de ces voyages de pouvoir randonner tout ce qui était randonnable, vertical et montagnard. Plus tard, bien plus tard, c’est vers Montreux puis le Valais que je suis retourné, dans différents contextes professionnels. Cette fois-ci, ce voyage est avant tout une opportunité, une envie, presque un besoin : l’opportunité de pouvoir aller à Lausanne à bas prix, l’envie d’y aller avec mon fils et le besoin de voyager, ne serait-ce qu’une poignée de jours. Et c’est donc ainsi que par un remarquable alignement des planètes, quelques euros sciemment dépensés et une école absolument buissonnière, nous avons tout plaqué pour partir du côté de Vaud, en quête de marchés de Noël, d’un bonhomme barbu planqué en haut d’une montagne, de fromages et de neige et de tout ce que Lausanne pourrait bien nous offrir !

Lausanne et Vaud (au temps des fêtes)

Pensées introductrices

De Lausanne, je ne connaissais que peu de choses : la réputation de l’école hôtelière, le nom du club de foot local et la position géographique de la ville, sise idéalement sur les bords du Léman. Ce voyage à deux têtes et quatre jambes avait donc plusieurs buts : nous offrir une parenthèse hivernale enchantée dans une ville facilement accessible sans voiture, faire découvrir la Suisse à Fils, explorer les marchés de Noël locaux et, surtout, nous donner des souvenirs précieux en ces temps compliqués. Dès lors, avec ces objectifs en tête, peut-on dire que ce voyage a rempli ses buts ? Sans rentrer dans une discussion philosophique profonde sur le fait qu’un voyage puisse (ou non) être réussi, laissez-moi cependant vous écrire ceci : ces (peu ou prou) quatre jours lausannois ont été un bol d’air frais absolument magnifique.

Nous avons retrouvé le bonheur de voyager à deux, à l’étranger, d’explorer une nouvelle ville, d’aller où bon nous semble, sans programme trop défini. Nous avons visité des musées, gravi des escaliers, descendus des toboggans dans des magasins de jouets, mangé plein de fromage(s) dans une télécabine, couru sur des pistes d’athlétisme, salué des serpents, récupéré une peluche de piranha, grignoté des chocolats, pris un train avec un toboggan dedans, monté et descendu des clochers et des tours en bois aux marches enneigées et glissantes, organisé moult batailles de boules de neige, pris un autre train à crémaillère, salué plusieurs fois le Père Noël, parcouru Lausanne en long, en large et en travers avant d’aller saluer Montreux.

Bref, c’est en quittant un lieu que nous nous sommes retrouvés – au sens pluriel du terme – ailleurs et, rien que pour cela, c’était magique !

Du côté de Lausanne

Bô Noël

Pour cette septième édition de son Marché de Noël, la ville de Lausanne a choisi de faire les choses d’une façon assez surprenante et, ma foi, plutôt réussie. Ainsi, au lieu de concentrer les évènements en un seul lieu, décision a été prise de disperser le marché en sept lieux différents, tous répartis autour du centre-ville. Du coup, la visite dudit Marché se transforme en un chouette rallye urbain d’un endroit à un autre, permettant de découvrir différentes ambiances, différentes attractions, chalets, points de vente et de restauration. Il est très facile de faire tout cela à pied et, une fois la nuit tombée, c’est agréable de naviguer au gré des décorations hivernales pour profiter d’une atmosphère paisible et festive à la fois !

Pour les familles, je recommande particulièrement de passer par la cathédrale où se trouve le Village des Enfants, avec la mini-ferme, les tours en calèche, une rencontre avec le Père Noël ou encore une aire de jeu nomade créé à partir d’un ancien container, joliment nommée l’Akabane. Mention spéciale aussi pour le quartier du Flon, avec ses ateliers DIY à destination des plus jeunes ! Enfin, il est possible de découvrir tout cela via une chasse à trésor à réaliser en autonomie, via trois balades. Très sympa.

Pour toutes les informations pratiques, direction le site officiel Bô Noël ! Notez que certains des ces évènements ne sont accessibles sur présentation du Certificat COVID couplé à une pièce d’identité. Jusqu’au 31 décembre.

Lausanne en Lumières

Imaginez marcher sur une place recouverte de peinture, au point d’en être vous-même recouvert, avant de vous retrouver nez à nez avec un renard géant. Imaginez aussi perdre votre enfant de vue car il a réussi à se fondre dans le décor au point de ne plus reconnaissable. Imaginez encore des balançoires lumineuses qui tracent des arabesques folles dans la nuit helvétique, une façade de cathédrale interchangeable ou bien même des peintures géantes exposées à même le béton, le tout sur neuf bâtiments iconiques de Lausanne (tous les soirs dès 18.30, jusqu’au 24 décembre) ?

Et bien, c’est le Festival Lausanne en Lumière et c’est juste, simplement, totalement et définitivement génial !

Du côté de Montreux

Sise à une trentaine de minutes de train de Lausanne, la charmante petite ville de Montreux mérite également le détour en ces temps hivernaux (et c’est très facile d’aller y passer une journée en excursion guidée). Connaissant déjà le coin, l’ayant exploré dans une vie précédente, j’étais heureux de retrouver quelques repères tels que le Léman (pas dur !) ou encore la statue de Freddy Mercury, qui donne envie de fredonner l’intégralité des compositions de Queen. Ici aussi, on trouve un très chouette marché de Noël mais aussi la possibilité d’une petite balade ferroviaire plutôt inattendue !

Le marché de Noël de Montreux

S’étendant entièrement sur les bords du Lac Léman, le marché de Noël de Montreux est plus compact que celui de Lausanne, invitant plus à une déambulation lente et familiale, d’un bout à l’autre de son extrémité. Beaucoup de stands de nourriture mais également des restaurants éphémères, de chouettes boutiques d’accessoires, de vêtements, de produits du terroir (et même de la poutine). On trouve, ici et là, quelques espaces de jeux, un manège et une très grande roue qui offre, à son point culminant, une vue absolument folle sur la ville. Si vous calculez correctement votre timing, vous pourrez même voir un drôle de bonhomme rouge et barbu survoler ledit Marché dans son traineau !

Pour ce qui est de la nourriture, je recommande chaudement d’aller manger une fondue à la Poya, en visant celle aux fromages de Gstaad, c’est une merveille absolue. Si vous n’êtes pas spécialement amateurs de cette merveille culinaire qui offre chance, longévité et réussite professionnelle, vous pourrez vous rabattre sur une raclette ou des pizzas, le choix est pléthorique ! Enfin, ne ratez l’occasion de boire un vin chaud et de goûter au très bon Thé des Bucherons, en la cabane éponyme (juste à côté de la gare, absolument impossible à manquer). Chaleur, gentillesse et feu de bois vous attendent !

Pour toutes les informations sur le marché de Noël de Montreux, rendez-vous sur le site officiel où se trouvent toutes les informations requises (et bien plus encore, en réalité). Ici aussi, port du masque de rigueur sur le marché et Certificat COVID feat. pièce d’identité requise pour accéder à certains lieux en intérieur. Ouvert jusqu’au 24 décembre (mais certains évènements se prolongent au-delà).

Aller voir le Père Noël en sa maison

C’est un train à crémaillère qui monte doucement la montagne enneigée, alors que volent flocons et que soufflent les vents d’Eole. Les stations se succèdent doucement tandis que se durcit la pente, résonnent les rires des enfants et se réchauffent les souffles. Une fois arrivés là-haut, tout là-haut, il faudra rentrer dans un tunnel et attendre un petit peu son tour car il se trouve quelqu’un que beaucoup espèrent rencontrer depuis très longtemps, pour discuter, tailler le bout de gras et confier espoirs, listes de cadeaux, peurs et mots d’amour. Avant de repartir, il ne faudra aussi ne pas oublier le petit sac où se trouvent quelques cadeaux qui seront précieusement conservés (ou boulottés à toute vitesse, c’est selon) et gardés aux côtés des précieux souvenirs de cette rencontre aussi irréelle qu’helvétique avec le Père Noël, en sa maison aux Rochers-de-Naye à 2042 mètres d’altitude !

Ce fut, toute magie mise à part, un vrai moment de bonheur que de voir Fils s’éclater dans la neige alpine, courir, sauter, façonner, glisser et s’amuser comme le premier renard arctique venu. Je pensais que la tempête blanche le refroidirait (littéralement) mais il semble, qu’en réalité, il soit vraiment demandeur d’activités hivernales enneigées

Pour aller, vous aussi, saluer le Père Noël, c’est de par ici. Réservations en ligne impératives, accès seulement en train. Plusieurs créneaux horaires. Masque, certificat COVID et autres de rigueur. Jusqu’au 24 décembre.

Lausanne avec un enfant

Que ce soit à Lens, Douai, Porto ou en Lituanie, j’adore voyager avec mon fils. J’ai un besoin constant de sa soif de découvertes, de son questionnement perpétuel, de ses innombrables passions, de ses rires, de ses sourires, de nos pérégrinations toujours improvisées, de son ton grognon lorsque j’annonce un détour, de sa patience lors des séances photos, de ses requêtes systématiques de faire tous les magasins de jouets du patelin, de sa main dans la mienne et de toutes ces merveilles, des fois banales, souvent fantastiques, qui rendent chaque moment à ses côtés absolument unique. Dès lors, voici donc, tirées de notre expérience commune, de nos visites et explorations, quelques adresses sympas : musées, restaurants, balades et autres pour visiter Lausanne avec un enfant (parce que Lausanne, ça le Vaud bien !).

Avant de commencer…

Si vous aviez un doute, laissez-moi vous dire ceci : Lausanne est une ville idéale à visiter en famille. De nombreux espaces verts, une forêt, le Léman, un décor démentiel, un métro simple et efficace, de supers musées, des aires de jeux de folie, un centre piéton, pas mal d’options pour convenir à tous les budgets et la possibilité de tout faire sans voiture.

En plus, l’office de tourisme a eu la super idée de proposer une petite pochette intitulée “Le carnet de voyage”, d’un format super pratique, qui comprend, outre un cahier (je vais y revenir), des crayons, une gomme, un taille-crayon et un bâton de colle. Dans ledit cahier, plusieurs suggestions d’activités, des idées de promenades et, cerise dans la fondue, la possibilité de se voir offrir, ici une glace, là-bas un cupcake et ici un cadeau surprise. C’est super bien foutu, trilingue (suisse oblige) et diablement entrainant. Fils a adoré et en redemande encore !

Lausanne côté musées

LE musée iconique de Lausanne, c’est celui consacré aux Jeux Olympiques et, étant donné que lesdits JO sont la passion officielle actuelle de Fils, il était écrit que nous devions à tout prix y aller. Inutile de vous dire donc que nous y avons passé deux longues (et belles heures) à naviguer à travers l’histoire de l’Olympisme, à contempler les pièces exceptionnelles qui y sont exposées mais également à faire de l’exercice physique au sous-sol, via les nombreux attractions interactives mises à disposition (et d’ailleurs, sachez que je me suis classé 55ème sur beaucoup au simulateur de Super Géant). Le parc qui entoure le musée, non content d’offrir une vue exceptionnelle, possède également une piste d’athlétisme où vous pourrez tenter de battre le record du cent mètres.

Sur le chemin, depuis le Métro Ouchy-Olympiques (un terminus, avec sa décoration bien spéciale), ne ratez pas l’aire de jeu démentielle située en face de l’entrée dudit métro et profitez, si le soleil est de sortie, pour faire comme les locaux et grignoter un peu sur les rives du lac : c’est du bonheur pur avec la beauté montagnarde en panorama privé. Vous pouvez même, si le cœur vous en dit, vous offrir une sortie en bateau sur ledit lac.

Le musée est gratuit pour les moins de seize ans accompagné.e.s d’un adulte. Entrée adulte à 20 CHF. Ouvert toute l’année, du mardi au dimanche, de 9 à 18 heures. Vestiaire (prévoyez une pièce). Toutes les informations sur le site officiel.

Le second musée que nous avons visité, sur un coup de tête et pour échapper à la pluie fut le Palais de Rumine (celui-là même où est projetée une tête de renard la nuit tombée). Une chouette découverte que ce grand et massif édifice, pas du tout bovin, d’un classicisme absolu, datant de la fin du XIXème siècle : d’une part parce qu’il est gratuit et d’autre part parce qu’on y trouve une collection archéologique, une autre minérale, un squelette de dodo, un autre de mammouth ainsi des pièces de monnaie. Personnellement, j’ai juste été choqué, outré, horrifié de voir le vélociraptor présenté comme un dindon à plumes (et Fils en rigole encore). Bref, un super plan, idéal pour combler un trou, se poser un peu ou échapper à la pluie.

Lausanne côté poissons

Aquatis, c’est l’une des attractions familiales incontournables de Lausanne et, une fois lieux visités, on comprend pourquoi. Un vaste aquarium d’eau douce (le plus grand d’Europe d’ailleurs), réparti sur 3500 m2 et deux niveaux, autour de cinq zones // biotopes et douze milieux naturels distincts. Sans (trop) rentrer dans les détails, on en prend plein les yeux, on apprend plein de choses et on voit plein de bestioles plutôt inhabituelles, dont des crocodiles, des myagles et une remarquable floppée de serpents, allant du plutôt gentillet au carrément super mortel, dans la catégorie des trucs les plus mortels de sa catégorie : le Taïpan du désert. On retrouve même lesdits serpents dans la nurserie du coin. Je croyais ne pas être à l’aise avec tous ces trucs mais, en fait, ça s’est plutôt bien passé (entre deux frissons).

L’architecture des lieux est vraiment magnifique (avec une mention spéciale pour le bassin des poissons-spatules et brochets), les poissons et serpents ont de la place pour vivre (et ce n’est pas moi qui le dit, hein). Seul petit bémol, à mon sens : la présence, assez inutile et plutôt effrayante, pour les plus jeunes, d’un dinosaure sur le parcours, sans aucun moyen de l’éviter.

Aquatis propose aussi un hôtel, des restaurants, des animations, des ateliers pédagogiques (notamment pour combattre la peur des serpents) ainsi que de nombreux programmes de conservation. Métro Vennes. L’entrée famille (deux adultes et un enfant) est à 69 CHF. Réduction de 30% avec achat en ligne. Ouvert tous les jours de 10 heures à 18 heures. Masque, certificat COVID et pièce d’identité obligatoires. Vestiaire à l’entrée. Toutes les informations sur le site officiel.

Lausanne vue de haut

Si vous avez envie de voir Lausanne de très, très haut sans pour autant monter dans la grande roue de Bô Noël ou dans un avion, escaladez donc les 224 marches pour monter dans les tours de la Cathédrale. Vue dégagée superbe ! Et si vous passez dans le coin la nuit, entre 22 heures et 2 heures, ne vous étonnez pas d’entendre quelqu’un crier depuis ledit beffroi, toutes les heures : c’est une tradition vieille de 600 ans, qui a même son propre bot Twitter.

Montée dans le beffroi en journée (5 CHF adulte, 2 CHF -16 ans) ET en soirée possible (sur réservation pour le guet).

Panorama de Lausanne

Lausanne au gré des pas

L’une des meilleures façons, selon moi, d’explorer Lausanne, c’est de se promener au gré des envies, de s’arrêter où bon vous semble, d’emprunter les chemins de traverse et les sentiers qui partent dans la forêt. Ainsi, après la visite d’Aquatis, nous sommes allés nous promener du côté de la Tour de Saubavelin, une chouette tour qui offre une vue à 360° sur la ville et ses alentours. Le chemin depuis le métro Sallaz se fait en une grosse dizaine de minutes, en coupant par le parking et en allant tout droit (dixit le monsieur croisé et qui avait raison). D’ailleurs, il est possible d’acheter un sandwich sur le pouce à Sallaz et d’aller le manger là-haut (on trouve un supermarché Migros à côté du métro).

L’un des plaisirs lausannois, lorsqu’on y voyage avec un enfant, est aussi de parcourir les espaces de jeux répartis avec sagacité dans toute la ville et construits en accord avec les vœux des habitants, dans la mesure du possible. Le site officiel de la ville les présentent tous, avec une description pratique et exhaustive. On trouve même (sur la page liée), une carte et une brochure du meilleur aloi. Nous avons vraiment été conquis par cette diversité et la qualité des structures croisées (et c’est rare, croyez-moi). Dans le même genre de surprises essentiellement enfantines, n’oubliez pas d’aller faire un tour de toboggan dans le magasin Franz Carl Weber. Ledit toboggan est ouvert aux enfants et aux adultes (dixit le super vendeur).

Une aire de jeu à Lausanne

Une chose que vous découvrirez très vite en parcourant Lausanne à pieds : on monte beaucoup et on descend d’autant. La ville est vallonée, parsemée de pentes et de montées et il vaux mieux prendre son temps pour en profiter. A ce propos, ne ratez surtout un passage par les escaliers du marché, qui valent plus que très définitivement le détour (et cette vue sur la cathédrale dans le dernier secteur : cœur avec les doigts). On trouve sur ce chemin de belles terrasses pour autant de beaux points de vue, évidemment. Avant de monter auxdits escaliers (et si vous avez besoin de reprendre votre souffle), faites éventuellement une petite pause pour regarder l’horloge parlante de la Palud, qui offre un petit et mignon spectacle conté et animé, tous les jours, toutes les heures, de 9 heures à 19 heures. Enfin, ne ratez pas le quartier du Flon, un peu industriel, pas mal refait, avec de chouettes fresques, à un jet de pain de la gare !

Manger à Lausanne

Plusieurs adresses sympas à recommander, en gardant en tête un aspect de la Suisse qu’il vaut ne pas oublier : les prix ne sont pas du tout les même qu’en France et qu‘il est préférable d’avoir un certain budget pour programmer le restaurant à chaque repas. Ceci étant dit, sachez qu’il est cependant possible de bien manger pour un prix très raisonnable avec, par exemple, le marché de Lausanne situé en face du palais de Rumine. Pour dix balles, on a tapé dans une tarte au fromage, deux trucs à l’amande gigantesques (dont le nom m’échappe, hélas) et un pain aux raisins absolument délicieux.

Côté restaurants, une pizzeria plutôt sympathique en plein centre-ville : Pz Pizza (rue grand Saint Jean, 5), avec des pizzas à faire soi-même, à partir d’une base margharita. Les prix commencent à 13 CHF (16 pour une grande), beaucoup de garnitures sont possibles et c’est franchement très correct. En rajoutant de la mozzarella et du jambon, on s’en sort à 19 CHF à deux, sans avoir faim en ressortant ! Le format proposé est d’ailleurs amusant puisque rectangulaire (et non pas circulaire), ce qui ne gâche cependant rien du tout au final.

Enfin, ce qui a été notre grand moment de plaisir : manger une fondue dans une télécabine, posée là dans la rue. Cela se passe au Café de Grütli, l’ambiance est intimiste à souhait, délicieusement décalée et c’est une expérience qu’on a adoré avec Fils. Attention cependant à bien vous couvrir vu qu’il n’y a pas de chauffage interne (mais des couvertures et bouilloires sont à disposition sur demande). Comptez 56 CHF par personne pour le menu éponyme (entrée, fondue et dessert).

Dormir à Lausanne

Nous avons eu le plaisir d’être logés à l’Hôtel des Voyageurs, sis rue grand saint Jean. Calme, avec une belle chambre et un beau balcon. Petit-déjeuner plutôt vraiment pas mal. Une belle histoire familiale qui dure depuis trois générations, un beau sourire à l’accueil et de petites attentions qui font plaisir. Prix allant de 250 à 400 CHF les deux nuits pour deux personnes, de la chambre double à la suite, en fonction des rabais et de la période. Petit-déjeuner et carte de transport inclus.

Se déplacer à Lausanne, en Vaud et en Suisse

Peut-être la meilleure initiative jamais vue mais, pour faire court : si vous séjournez dans un établissement touristique qui paye la taxe touristique, vous pourrez emprunter librement les transports publics de l’agglomération (bus, train, métro) durant tout votre séjour (avec un maximum de 15 jours) avec la Lausanne Transport Card. Pour le reste, le métro est automatique, fiable, rapide et comporte des espaces, dans chaque wagon, pour les vélos.

D’autre part, notez qu’à bord des trains suisses, les enfants de moins de six ans voyagent gratuitement. Notez aussi (et surtout) qu’il y a des espaces jeux dans les wagons, avec un toboggan, que Fils n’en ai toujours pas revenu et que je trouve ça absolument fantastique. Pour ne pas rater cela durant votre prochain voyage, vérifiez là où sont disponibles lesdits espaces (lignes Intercity, mention FA sur le plan du train, wagon coloré impossible à rater). Les transports intérieurs ne sont pas toujours donnés mais il est possible de trouver de chouettes rabais en ligne, en cherchant un tout petit peu.

Dans les trains suisses

Pour ce qui est du voyage vers et depuis Lausanne, nous avons profité d’une promotion Lyria à 20€ l’aller simple. Rien à signaler sur le voyage depuis la Gare de Lyon jusqu’à Lausanne (si ce n’est que les paysages sont magnifiques). Surveillez les prix pour trouver d’autres tarifs abordables ! Il est également possible de relier la Suisse à la France en bus (depuis Annecy ou Lyon par exemple ou même en bateau depuis Evian-les-Bains) mais c’est une autre histoire…

Cet article, labellisé #MyVaud et #TheLausanner fait suite à un partenariat avec Vaud PromotionLe contenu éditorial n’en reste cependant pas moins indépendant et soumis à ma seule volonté. D’autre part, cet article contient également des liens affiliés.

Le bord de mer à Fort-Mahon